TÉLÉCHARGER XV SAVANE


XV - Savane mp3 Single Leak torrent Zip mp3 33rap mp3 kbps XV - Savane mp3 Single zip leak Music 22rap XV - Savane mp3 Single Leak. telecharger et ecouter XV - Savane gratuitement Sur 33rap XV - Savane mp3 Dernier 33rap Album XV - Savane XV - Savane torrent Sur dhivberbeminmi.cf Télécharger 5 04 XV Savane Xv Kakakabaw Mp3 Ecoute music mp3 et telecharger les derniers Albums GRATUITEMENT et les nouveaux sons et les.

Nom: XV SAVANE
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: Android. iOS. MacOS. Windows XP/7/10.
Taille:70.45 MB

TÉLÉCHARGER XV SAVANE

Pour une expériencenet et une sécurité optimale, mettez à jour votre navigateur. Mettre à jour maintenant. Votre navigateur est obsolète! Situation professionnelle. Ouvert aux opportunités. Mes liens.

Cependant, les deux actrices principales, Inés Efron et Mariela Vitale, livrent une assez bonne prestation nibo qui, en soit, ne suffira pas pour créer une atmosphère palpitante iflm pleine de suspense, ingrédients généralement associés au terme de thriller. Acheter en 1 clic Ajouter au panier.

Ce film très touchant mérite à flim connu. Critique négative la plus utile. Suivre son activité 17 abonnés Lire ses critiques. El Nino Pez en quelques clics seulement, sur fnac. Le léopard est préféré au lion comme le roi des animaux par certains peuples africains. Comme le lion, il est ridiculisé dans les légendes par des animaux plus faibles, comme la tortue, le lièvre ou la gazelle [12].

Le commerce de ces peaux était très actif.

D'autres chefs de tribus gardaient des léopards captifs auprès d'eux et pouvaient en apprivoiser pour les garder auprès d'eux lors des séances publiques [12]. Dans certaines peuples bantous et particulièrement au Congo-Kinshasa , le léopard était considéré comme un animal rusé, puissant et résistant.

A quoi ça sert? PDF Télécharger. Dressing de petit garçon PDF Télécharger. Etre un manager responsable PDF Télécharger. Période de formation, tome 2 PDF Télécharger. Hokuto no Ken - Ken, le survivant Vol. Hors-d'oeuvre et kémia PDF Télécharger. Jalousie et Petits Caramels La série des frères Reed t. Jeux de société PDF Télécharger. L'action commerciale à l'international PDF Télécharger.

L'indemnisation du préjudice corporel : Les allocations aux adultes handicapés et la carte d'invalidité PDF Télécharger. La comptabilité nationale PDF Télécharger.

La finance islamique à l'heure de la mondialisation PDF Télécharger. La Nature et son souci. Philosophie et écologie PDF Télécharger. La therapeutique en vingt medicaments PDF Télécharger.

Telecharger xv savane Album mp3

La trahison de tamara PDF Télécharger. Si l'atmosphère est transparente pour une bonne partie des rayonnements visibles, elle présente une forte capacité d'absorption du rayonnement infrarouge du fait de la présence de certains gaz qui ont la propriété d'absorber ces grandes longueurs d'onde ; ces gaz sont appelés gaz à effet de serre GES.

Ainsi, l'augmentation de ces gaz, notamment le CO2 et le CH4 provoquent un réchauffement global qui affecte actuellement l'environnement. Les températures ont augmenté presque partout dans le monde, quoique de manière plus sensible aux latitudes élevées de l'hémisphère Nord. Par ailleurs, les terres émergées se sont réchauffées plus rapidement que les océans. Cet état des lieux montre que l'action de l'Homme, par une industrialisation croissante et consommatrice d'énergie, par une exploitation démesurée des ressources naturelles, a fini de compromettre l'environnement mondial.

Cependant, les modifications du climat sont non linéaires et discontinues variabilité climatique avec néanmoins une tendance générale qui révèle dans certaines zones semi-arides d'Afrique une hausse des températures et une diminution des précipitations. Les manifestations des changements climatiques sont nombreuses ; les plus manifestes étant l'élévation du niveau des mers, les événements climatiques extremes, la destruction de la couche d'ozone et la perturbation des écosystèmes naturelles.

L'évaluation des impacts de ces changements climatiques doit être basée sur une approche intégrée du fait de leurs dimensions multisectoriel, multidisciplinaire, et multi institutionnel, Adejuwon et al. Il faut alors éviter les formes d'évaluation formelle en se basant sur une série d'hypothèses plus explicite que l'approche unilatérale traditionnellement admise.

Puisqu'il s'agit de questions complexes, il faut tenir compte à la fois de la complexité structurelle nombre d'éléments en jeu mais aussi de la complexité auto-organisationnelle les rétroactions et réactions du système.

Il est donc important de comprendre la nature de ce phénomène dans sa dynamique et ses différentes dimensions en rapport avec les modes de vie actuels fortement dépendants des ressources naturelles. An Afrique, l'impact des changements climatiques affectent plusieurs secteurs de productions et affectent directement les populations dites vulnérables. Au Sénégal, les modes de vies des populations locales sont essentiellement basés sur le profit et les services qu'on peut tirer des ressources naturelles.

Les changements climatiques affectent par conséquent les bases du développement durable, constituant ainsi un facteur central dans l'appauvrissement des populations locales.

Conscient de la gravité du risque et ses implications sur la vie des populations, la communauté des chercheurs a, à partir des années , attiré l'attention sur la variabilité climatique observée depuis des décennies. Le mandat de cette structure était de coordonner les recherches scientifiques pour donner des preuves des hypothèses et incertitudes liées au changement climatique.

Les résultats obtenus ont imposé l'urgence d'une décision au niveau international pour réduire les émissions de gaz nocifs. Cette perception a entraîné une attention particulière sur les capacités de fixation de carbone par les forêts et les savanes tropicales d'Afrique.

Des études récentes sont menées pour documenter les capacités des sols et de la végétation des zones de savane comme puits de carbone et leur possible contribution à l'atténuation du changement climatique Tiessen et al. Ce mécanisme est le seul qui interpelle directement les pays en voie de développement. Le MDP devrait être à la fois un instrument juridique et un cadre d'action pour promouvoir le développement durable.

Le MDP nécessite d'une part une réduction des émissions de gaz par des alternatives techniques non consommatrices d'énergie, d'autre part par la promotion de la fixation de certains gaz par des puits naturels pour résorber le surplus et ramener les taux de gaz net de l'atmosphère au minimum acceptable. Les orientations de ce MDP au niveau des écosystèmes de savanes consistent à promouvoir des puits substantiels de carbone par la foresterie et la restauration des écosystèmes dégradés Aukland et al.

Ainsi, parmi les nombreuses initiatives prises, celle consistant à réduire les dégagements de gaz carbonique a retenu l'attention de plusieurs chercheurs et décideurs. C'est à la COP7 de Marrakech en que la question de la séquestration du carbone a été officiellement reconnue comme une option pertinente pour atténuer le taux de carbone dans l'atmosphère.

Pour les pays en voie de développement, le principal défi réside dans le contrôle des échanges de carbone entre le couvert végétal et l'atmosphère. La végétation en général est impliquée dans ce mécanisme à deux titres Riedacker, :. Cependant, dans les savanes tropicales les quantités de carbone contenues dans le sol sont supérieures à celles de la végétation selon plusieurs études Elberling et al.

Download nowXVBARBAR Monte à bord (Clip mp3 video download videos

Mais du fait de l'absence de données sur la végétation, les estimations sur leur contenu en carbone demeurent approximatives et restent à être complétées par des mesures quantitatives in situ.

Les travaux existants portent cependant pour la plupart sur les stocks de carbone du sol. Ce dessein scientifique est lié au fait que les sols tropicaux présentent des stocks de carbone supérieurs à ceux de la biomasse végétale. Il faut toutefois noter que l'équilibre de ces sols et le maintien durable de leur capacité de séquestration de carbone passe par une bonne. Il manque un "puits", qui serait responsable de l'absorption du reliquat.

Il est important alors d'orienter la recherche sur les principaux facteurs structurants de la dynamique écologique de ces savanes pour mieux cerner les atouts et les contraintes pour une plus grande séquestration du carbone atmosphérique.

Les tentatives récentes de prédiction des changements climatiques en relation avec l'évolution du couvert végétal fournissent des scénarios divergents.

L'analyse proposée par Sitch et al. Ces deux paramètres centraux à l'analyse de la variabilité climatique ont des impacts sur la dynamique de la végétation. Il est donc important d'opérer un suivi plus détaillé et continu des savanes en Afrique de l'Ouest en relation avec la variabilité climatique. Les savanes ont été étudiées beaucoup plus au en Amérique du Sud et en Australie, mais les caractéristiques de ces savanes sont différentes de celles de l'Afrique de l'Ouest.

Aussi est-il difficile de tirer des conclusions et de fonder des théories solides sur l'état et la dynamique du carbone de ces écosystèmes sans compléter le tableau avec l'étude des savanes Africaines. Au Sénégal, on a observé une forte dégradation de la végétation liée à de nombreux facteurs naturels et anthropiques.

La variabilité de la pluviométrie est un élément important dans ce processus, mais il est essentiel de considérer les facteurs humains comme l'exploitation du bois, la dynamique des espaces agraires, les feux de brousse, etc. Les conséquences directes et indirectes de cette dégradation de la végétation ligneuse sur le bilan du carbone sont peu connues. Cependant, il est certain que la réduction de la dégradation de la végétation ligneuse pourrait contribuer, à travers une gestion durable des ressources naturelles, d'une part à réduire la quantité de carbone libérée par la décomposition de la matière organique et d'autre part à l'augmentation de la capacité de séquestration du carbone atmosphérique par la végétation naturelle régénérée.

L'une des recommandations de IPCC répond de cette nécessité de mener des activités de reboisement pour améliorer le taux de fixation de carbone dans les zones où il possible d'en faire IPCC, ; Ainsi, la CCNUCC, à travers les MDP du Protocole de Kyoto a, pendant ces dernières années, suscité un grand enthousiasme auprès des pays semi arides qui y voient une possibilité d'améliorer l'environnement à travers une augmentation des surfaces forestières tout en bénéficiant des crédits de carbone mis en place à travers des instruments financiers internationaux.

Pour tirer le meilleur profit de ce marché, il faut cependant se soumettre à une comptabilité précise des stocks et des processus qui influencent le bilan du carbone.

C'est à ce niveau que se posent plusieurs problèmes pour l'Afrique. Les écosystèmes de savanes ne sont pas connus sous l'angle du carbone. Les études forestières sont plutôt conduites sous l'angle du potentiel ligneux pour le commerce du bois, de la qualité des sols et de la biodiversité. Il est important de mentionner qu'un grand nombre de résultats d'analyse écologiques ou botaniques peuvent être réutilisés dans l'analyse du carbone.

Les données d'inventaire, les processus de dégradation, l'érosion de la biodiversité, les prélèvements annuels, les espèces ciblées par l'exploitation sont en effet autant de données utiles dans l'étude du carbone. Ce travail, mené dans la moitié sud du Sénégal, intègre des données secondaires et des données biophysiques sur le suivi de la végétation ligneuse qui ont permis d'estimer les stocks et la dynamique du carbone dans les savanes soudaniennes et soudano-guinéennes du Sénégal.

Nous partons ainsi de l'exemple de six 6 Forêts Classées représentatives de ces écosystèmes pour mener les analyses. Pour les aspects humains un glissement en milieu de terroir entre Kaffrine et Koungheul a permis d'appréhender les impacts de la dégradation forestière sur la vulnérabilité des populations locales et la dynamique du carbone en milieu agricole.

L'objectif général de ce travail est d'estimer les stocks et la dynamique du carbone de la végétation ligneuse dans les savanes soudaniennes et soudano-guinéennes du Sénégal. Les objectifs spécifiques sont les suivants :. Pour atteindre ces objectifs l'approche générale s'articule autour des points suivants :.

Les différents chapitres de ce travail s'articulent autour de ces points et les détails méthodologiques sont précisés dans chacune des parties du document. La cohérence d'ensemble de l'analyse proposée est consignée le diagramme suivant.

L'approche proposée ici présente deux entrées. Une première liée aux données de terrain sur les caractéristiques dendrologiques de la végétation ligneuse. Les données de terrain permettent d'élaborer les modèles allométriques, d'estimer la biomasse totale et sa dynamique. La deuxième entrée est spatiale et permet de caractériser l'état et la dynamique.

Les réponses apportée à la dynamique de la végétation sont analysées et comparées aux opportunités du nouveau marché du carbone. Cette étude s'inscrit dans la logique d'amélioration des connaissances sur l'état et la dynamique du carbone de la végétation ligneuse sur pied des écosystèmes de savanes à travers l'application d'approches biologiques et spatiales.

Les résultats obtenus devraient donner au Sénégal, et les pays qui ont des types d'écosystèmes similaires, des arguments sur les capacités de la végétation ligneuse à absorber le carbone atmosphérique et permettre ainsi de développer les fondements d'une contribution positive visant à améliorer l'état de l'atmosphère par des activités de renouvellement du couvert végétal tout en inscrivant de telles activités dans le sens d'un profit durable pour les populations locales.

Adejuwon, J. Chapter 2, Climate Change , p. Archer, S. Ardo, J. Journal of Arid Environments 54 Aukland, L. Un guide concis du Mécanisme pour un Développement Propre. Bartel P. Soil carbon sequestration and its role in economic development: a donor perspective. Journal of Arid Environments 59 Brown S. FAO Forestry Paper Campagna M. Le cycle du carbone et la forêt: de la photosynthèse aux produits forestiers.

Bibliothèque Nationale du Québec, Québec, 51 p. Ciesla W. FAO, Rome, p. Dezzeo, N. Carbon and nutrients loss in aboveground biomass a long a fire induced forest-savanna gradient in the Gran Sabana, Southern Venezuela. Forest Ecology and Management, Dumanski J. Carbon sequestration, soil conservation, and the Kyoto protocol: summary of implications. Climatic Change 65 Elberling, B.

Changes in soil organic matter following groundnut-millet cropping at three locations in semi-arid Senegal, West Africa.

Evrendilek, F. Changes in soil organic carbon and other physical soil properties along adjacent Mediterranean forest, grassland, and cropland ecosystems in Turkey. Fearnside P. Global warming and tropical land-use change: greenhouse gas emission from biomass burning decomposition and soils in forest conversion, shifting cultivation and secondary vegetation.

Climatic Change 46 Feral, C. Carbon and nitrogen in the soil-plant system along rainfall and land-use gradients in southern Africa. Gifford, R. Vegetation thickening in an ecological perspective: significance to national greenhouse gas inventories. IPCC, Technologies, Policies and Measures for mitigating Climate Change.

IPCC Editor Bilan des changements climatiques. Intergovernmental Panel on Climate Change, p. Li, J. Lippke, Garcia, B.

Telecharger L'album Xv 2017 Kakakabaw

Manlay, R. Carbon, nitrogen and phosphorus allocation in agro-ecosystems of a West African savanna I. The plant component under semi-permanent cultivation. Agriculture, Ecosystems and Environment 88 Mbow C. Dynamic of carbon stock in woody vegetation of savanna ecosystems in Senegal.

The Land cover change perspective. Nsabimana, D. Soil carbon and nutrient accumulation under forest plantations in southern Rwanda. African Journal of Environmental Science and Technology, 2 6 Ringius L. Soil carbon sequestration and the CDM: opportunities and challenges for Africa.

Climatic Change 54 Sambou B. Evaluation de l'état, de la dynamique et des tendances évolutives de la flore et de la végétation ligneuse dans les domaines soudanien et sub-guinéen au Sénégal. San-Jose, J. Management effects on carbon stocks and fluxes accross the Orinoco savannas. San Jose, J. Sitch, S. Evaluation of the terrestrial carbon cycle, future plant geography and climate-carbon cycle feedbacks using five Dynamic Global Vegetation Models DGVMs. Global Change Biology, Thenkabail, P.

Tiessen, H. Carbon sequestration and turnover in semi-arid savannas and dry forest. Climatic Change 40 Touré A. Contribution à l'étude de l'évolution des réservoirs de carbone en zone nord-.

Vagen, T-G. Soil carbon sequestration in Sub-Saharan Africa: A. Wander, M. Value of soil organic carbon in agricultural lands.

Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change 9 Woomer, P. Landscape carbon sampling and biogeochimical modelling. A two-week skills development workshop conducted in Senegal. Zhao, W. Soil degradation and restoration as affected by land use change in the semiarid Bashang area, Northern China.

Catena In Press. Ce chapitre est une synthèse de l'état de l'art sur la relation entre le secteur forestier et les changements climatiques. Il présente les informations de base sur le bilan du carbone et la dynamique de réchauffement planétaire.

Il apporte également des précisions sur l'importance de l'arbre et des écosystèmes forestiers dans la dynamique de séquestration du carbone. L'analyse du cadre géographique de l'étude permet de comprendre le contexte de l'étude et le choix des sites. Le dioxyde de carbone CO2 est un des gaz à effet de serre qui contribue naturellement au maintien de la température moyenne de la terre à un niveau qui permet le développement de la vie.

Le carbone, qui est l'une des composantes de ce gaz, est l'objet de nombreux échanges entre les divers constituants terrestres, atmosphériques et océaniques qui forment le cycle global du carbone. La concentration atmosphérique de CO2, qui était de ppm parties par million par volume à l'époque préindustrielle , est passée à ppm en et actuellement, elle augmente de 1,5 ppm par an Schimel.

Cette augmentation récente de la concentration atmosphérique de CO2 est principalement due aux activités humaines. La quantité de CO2 qui ne s'accumule pas dans l'atmosphère serait absorbée par les océans et éventuellement, déposé au fond des profonds océans, mais aussi par les écosystèmes terrestres. Le puits manquant, ou le sort du carbone émis qui n'est pas mesuré dans l'atmosphère conduit encore quelques controverses Campagna, ; Waring et Running, ; IPCC, Le bilan global le plus récent publié par IPCC et qui couvre la période à , est présenté par la figure 1.

Le bilan global de CO2 entre et , montre un total de Gt de carbone relâché chaque année dans l'atmosphère à partir de la combustion des énergies fossiles et de la déforestation. On estime que les Gt de C sont soit absorbés par les océans et la végétation mais le reste, Gt ne sont pas retrouvés par les scientifiques qui considèrent qu'il y a un puits manquant non encore identifié Adams et Piovesan, Des recherches récentes soutiennent que ce puits manquant est terrestre Schimel, , puisque les forêts ont le pouvoir de stocker de grandes quantités de carbone.

La figure 2 présente l'évolution de la concentration atmosphérique du CO2 de à pour quatre stations de suivi in situ y compris Mauna Lao. L'augmentation graduelle de la concentration atmosphérique de CO2 suit un cycle qui comporte annuellement un maximum et un minimum.

Ce cycle annuel est attribuable à l'activité saisonnière des écosystèmes terrestres l'effet de la photosynthèse notamment de l'hémisphère Nord. Le même processus est noté dans l'hémisphère Sud mais cette partie du globe présente moins de terres et donc moins de formations forestières. Article II. Evolution des concentrations de CO2 atmosphérique au niveau de 4 stations.

Les fortes variations saisonnières des stations de l'Hémisphère Nord Barrow, Mauna Lao sont liées au cycle phénologique de l'importante couverture de végétation de l'hémisphère qui en sénescence perd du carbone et sa capacité à en absorber, alors qu'en phase de croissance, les écosystèmes forestiers absorbent une large quantité de CO2.

La surface des terres étant largement plus importante dans l'Hémisphère Nord que dans l'Hémisphère Sud, l'amplitude des changements dans la concentration de CO2 est plus perceptible dans la partie Nord de la planète.

Dans les deux cas, ces courbes prouvent que la végétation peut largement contribuer au stockage du CO2 atmosphérique. La tendance en hausse du CO2 est aussi clairement montrée par ces courbes. Il faut toutefois noter la forte variabilité saisonnière de la concentration de CO2 du fait du cycle phénologique des plantes figure 3b.

Article III. Il est donc apparent que les forêts influencent le cycle du carbone. Les processus d'échange de CO2 entre l'atmosphère, la végétation et le sol passent par la photosynthèse, la respiration autotrophe végétale et la respiration hétérotrophe dans le sol décomposition du matériel organique qui libère du CO2 Riedacker, Il faut noter que la dynamique à la hausse du CO2 dans l'atmosphère est essentiellement un fait anthropogénique qui a été confirmé par IPCC , même si quelques études tendent à soutenir le forçage naturel comme étant la cause essentielle des changements climatiques cycle de l'orbite terrestre, le volcanisme.

Certains auteurs comme Ruddiman soutiennent que le rôle de l'homme a commencé depuis plusieurs millénaires avec les. Même s'il faut garder cette perspective, les avancées technologiques du 18ième siècle ont été le point de départ de l'aire de fortes modifications d'origine humaine de notre planète.

L'invention de la machine à explosion utilisant les hydrocarbures, l'avènement de nouveaux modes de communication, de consommation, de production etc. Les synthèses faites récemment par IPCC dans son Quatrième Rapport d'Evaluation montrent l'importance relative des activités humaines dans la libération de GES dans l'atmosphère figure 4.

Article IV. Cette ère nouvelle a été déclenchée par le développement industrielle avec une forte consommation d'énergie fossile qui a eu un impact devenu majeur de l'homme sur le système Terrestre y compris climatique. L'anthropocène succèderait ainsi à l'holocène qui avait débuté il y a dix mille ans. Les secteurs de l'énergie et de l'industrie sont les plus grands contributeurs aux GES figure 4 c.

La part relativement importante de la foresterie est liée aux importants déboisements des forêts denses, à la désertification et aux changements d'utilisation des terres. Il convient avant de décrire les enjeux du secteur forestier dans les changements climatiques, de faire un bref rappel sur le rôle de l'arbre dans la séquestration du carbone atmosphérique. La végétation est l'élément déterminant dans les échanges de carbones à l'interface terreatmosphère.

Le moteur de ces échanges de carbone est assuré par la photosynthèse qui permet de fixer le gaz carbonique et la respiration qui en libère. La base de la séquestration de carbone par les formations forestières repose sur le bilan entre les deux processus.

Le rôle de la photosynthèse dans la dynamique de séquestration de carbone a été largement étudiée par les biologistes physiologistes et les écologues Schimel, ; Waring et Running, ; Saugier, Le rappel qu'on en fait ici est une synthèse simplifiée.

La photosynthèse, qui est activée par le rayonnement solaire, permet à une plante de capter le CO2 de l'atmosphère afin de synthétiser des glucides. L'équation suivante qui décrit la photosynthèse est :. L'essentiel de la photosynthèse se fait dans le feuillage. Les chloroplastes sont les organes contenant de la chlorophylle et d'autres pigments qui peuvent absorber le rayonnement solaire. Cette énergie solaire permet à la plante de dissocier l'hydrogène H et l'oxygène O2.

L'hydrogène s'associe avec le CO2 absorbé par les stomates pour générer des composés carbonés qui seront plus tard synthétisés en molécules plus grandes allouées à la biomasse ou utilisées pour d'autres besoins métaboliques. Le taux de photosynthèse varie selon les espèces et les zones phytogéographiques, mais aussi selon le moment de la journée et la saison.

Ces variations relèvent de plusieurs interactions entre des caractéristiques végétales comme l'âge, la structure et l'exposition des feuilles, le développement de la cime, le comportement des stomates, la quantité et l'activité de Rubisco ribulose biphosphate carboxylase-oxygénase et les facteurs environnementaux comme l'intensité de la lumière, la température, la disponibilité de l'eau, la concentration atmosphérique de CO2 et des polluants atmosphériques et des conditions du sol Waring et.

Running, C'est grace à la photosynthèse que l'arbre peut exercer sa fonction de puits de carbone. Les plantes diffèrent par les types de photosynthèse, à travers des processus physiologiques de conversion de différents isotopes stables du CO2 en composantes hydrocarbonées.

Le dioxyde de carbone est fixé par les plantes à travers les stomates. Il existe deux isotopes stables de CO2 : le carbone 13C et le carbone 12C dont le rapport avec les conditions actuelles de fortes émissions de CO2 est égal à près de Waring et Running, Pendant la photosynthèse les plantes dites C3 les ligneux au niveau des savanes ont tendance à beaucoup fixer l'isotope 12C plus léger.

La forte respiration autotrophique des plantes C3 fait que le rendement photosynthétique est plus faible comparé aux plantes C4 qui ont une plus grande efficacité d'utilisation de l'eau sous l'influence d'une augmentation des températures.

Ces plantes C4 les graminées, et autres herbacées peuvent aussi absorber une partie plus significative de l'isotope 13C comparé aux plantes C3. Les plantes C4 comme les herbacées tropicales utilisent les processus chimiques des acides C4-dicarboxyliques pour faire la photosynthèse; alors que les plantes C3 les arbres font la photosynthèse utilisant un produit intermédiaire avec 3 molécules de carbone, Rosenberg et al.

A coté de ces deux grands groupes on note des espèces dit CAM Crassulacean Acid Metabolism ; ces plantes ont leurs stomates ouverts pendant la nuit pour fixer du CO2 sous forme d'acide organique plantes désertiques, l'ananas.

La photosynthèse n'est possible qu'en conditions optimales de lumière, de température, d'humidité et de CO2. La plante ne fait pas que la photosynthèse, elles respirent et libèrent par conséquent du carbone.

Les arbres libèrent du CO2 lors de la photorespiration et de la respiration.